Les fermes
Actualités

Sous le Bois

PICHERANDE
Puy-de-Dôme
Épargner solidaire
Nouvelle Ferme

16 988€ collectés

Objectif de 150 628€

11%

Réduction fiscale

25% de l'impôt sur le revenu

Durée de l'engagement

7 ans en cas de réduction d’impôt

L’objectif de collecte correspond à 60% du montant d’achat total de la ferme qui comprend le prix des terres, les travaux prévisionnels et les frais d’acquisition (frais de notaire et SAFER principalement).

Pour tout savoir sur l’épargne solidaire et consulter les conditions de souscription, rendez-vous sur la page Epargner solidaire et sur la Foire aux questions.

Je soutiens
Paiement 100% sécurisé
Sommaire

Présentation

Patrimoine

Il s’agit de la vente par l’exploitant actuel (qui deviendrait fermier TDL) d’une partie (36 ha) du foncier de sa ferme (qui représente 57 ha), située en montagne, à 1250 m dans le massif du Sancy. Il s’agit d’une zone AOP Saint-Nectaire, Cantal, Salers etc... La ferme est en agriculture biologique et les potentielles parcelles terre de liens seront dans une zone Znieff type 1 (Bois et cascade de la Barthe) et 2 (Cezallier). Un ruisseau traverse la propriété et une source se situe au milieu de la parcelle prévue pour Terre de Liens. Le cédant/PP souhaite en conserver la propriété ainsi que le buron ruiné (tas de pierres). Stéphane achète la part de sa sœur infirmière dans l’indivision. Il fait principalement du veau sous la mère.

Propriétaires

Foncière

Partenaires

Région Auvergne-Rhône Alpes, Safer Auvergne-Rhône Alpes

Production

Bovin viande, Autres productions

16ème ferme de Terre de Liens en Auvergne, à 1200 mètres d'altitude, dans le Massif du Sancy

Une solution face à une exploitation en indivision

C‘est après le départ de sa sœur en 2010 que Stéphane reprend l‘activité agricole sur cette ferme familiale. Ils sont alors tous deux en indivision, ce qui ne leur convient pas.

En 2019, Stéphane rencontre Terre de Liens au sommet de l’élevage, et les valeurs de l’association résonnent avec les siennes.

Quelques années plus tard, il se lance dans l’aventure : Terre de Liens acquiert la ferme. Cela permet de solutionner l’indivision, mais aussi à Stéphane de “renoncer à la propriété individuelle”, et ainsi remettre en question les mécanismes d’appropriation du foncier.

Préserver un patrimoine rural important

Isolée sur les hauteurs de Picherande, Stéphane accueille une vingtaine de vaches lorsque l’été arrive. Dans l’ancien buron (bâtiment d’estive des massifs d’Auvergne) aménagé en habitation, Stéphane présente sa vision d’une agriculture durable et ses modes d’actions.

Il vit là depuis 13 ans et veut rester «volontairement petit et libre de pouvoir quitter le métier» quand il le souhaite. Dans le passé, le père de Stéphane, passionné de la race bovine ferrandaise, avait activement participé à la sauvegarde de cette race menacée originaire du Puy-de-Dôme.

Un engagement dans des collectifs

Stéphane est membre du conseil d’administration de Bio 63, qui promeut les modes de production bio. Il est aussi adhérent de l’association Paysans de Nature, réseau d’essaimage de pratiques agricoles en faveur de la biodiversité. Il est également membre invité du conseil d’administration de Terre de Liens Auvergne. Il débute par ailleurs un engagement dans le programme Biodiversité de la Fondation Terre de Liens, pour modifier son milieu de vie en coopération avec l’ensemble des vivants de la ferme (en collaboration avec le Conservatoire des Espaces Naturels).

La ferme en images

Crédit : ©

© Terre de Liens 2024

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies